Jean Louis Missika accompagne l'innovation...

JL Missika " Nous voulons accompagner tout ce qui est à la pointe"

Les Echos | 14 Mars 2017 | C. Véran

Avec plus d'une soixantaine d'incubateurs et accélérateurs implantés sur son territoire et l'ouverture prochaine de la Station F dans le 13e arrondissement, Paris se place en pole position sur la scène internationale de l'innovation.
 

Le paysage de l'innovation a considérablement changé ces dernières années dans la capitale. Quel bilan dressez-vous ?

Paris est aujourd'hui identifié sur la carte mondiale comme l'une des villes leaders de l'économie de l'innovation. Cette conversion s'est amorcée dès 2008, sous la seconde mandature de Bertrand Delanoë : nous avons lancé un programme d'incubateurs et d'accélérateurs et mis en place des stratégies d'accompagnement pour les start-up. Un milliard d'euros ont été investis et nous avons créé 100.000 mètres carrés pour les incubateurs et les pépinières. Nous partions de loin, seulement 5.000 mètres carrés étaient dévolus à ce programme avant 2008. Aujourd'hui, la mayonnaise a pris avec le relai du privé, et la part de l'investissement public est de plus en plus marginale. La Station F, portée par Xavier Neil, est emblématique de cette dynamique. Cet incubateur de 34.000 mètres carrés, qui ouvrira l'été prochain dans le 13e arrondissement au coeur du quartier Paris Rive gauche, sera le vaisseau amiral de tout l'écosystème.

Pourquoi ce maillage territorial s'est-il développé surtout à l'est de Paris ?

Cette économie créative se situe massivement dans ce que nous avons appelé « l'Arc de l'innovation », un arc de cercle entre la porte Pouchet et la porte de Vanves, à l'est de Paris. Les incubateurs s'installent là où le foncier est plus accessible et les loyers plus attractifs pour les start-up. Ces acteurs cherchent également des lieux atypiques. Les friches industrielles, localisées de ce côté-ci de la capitale, répondent bien à cette aspiration. De fait, l'Arc de l'innovation participe au rééquilibrage de l'emploi entre l'est et l'ouest de Paris. Aujourd'hui, par un effet de capillarité, les incubateurs franchissent le périphérique et nous voulons, avec nos partenaires Grand-Orly Seine Bièvre, Plaine Commune et Est Ensemble, accélérer ce mouvement à l'échelle de la Métropole du Grand Paris. En décembre 2016, nous avons lancé un appel à candidature pour 50.000 mètres carrés répartis sur 30 sites auprès des entreprises.

Comment se manifeste le soutien de la Ville aujourd'hui ?

Nos investissements, équivalents à la précédente mandature, sont de nature différente. Nous voulons accompagner tout ce qui est à la pointe. Avec notre bras armé, Paris & Co, nous avons développé dix plates-formes d'innovation. Les grandes entreprises y rencontrent les startuppeurs. C'est l'ensemble de la filière qui en profite. L'un des éléments clefs est de faire de la ville un espace d'expérimentation, un « urban lab », pour permettre aux porteurs d'idées de concrétiser leurs projets dans l'espace public. Nous voulons également favoriser les lieux hybrides, pluriels, intégrant des équipes de recherche, des tiers lieux, des industries créatives, des Makers, des Fab Lab, des espaces de co-working... Tout ce qui touche à l'innovation et concourt à un ancrage territorial fort.

DesignSwirl Studio