Chiffre du jour : 160 cellules de prison deviennent des appartements à Avignon

Le chantier de l'ex-prison Sainte-Anne commence pour métamorphoser les 160 cellules en une soixantaine d'appartements. La résidence Cour des Doms accueillera aussi des commerces et une friche artistique. Avec des arbres dans l'ancienne cour de la prison.

France Bleu | 10 Janvier 2019 | P. Paupert

Il y avait 160 cellules dans l'ancienne prison Sainte-Anne. Ces cellules sont encore là, mais la prison est fermée (comme toutes les prisons d'ailleurs...)

Les détenus sont au Pontet depuis 2003. Désormais, il faut dire Cour des Doms, car l'ancienne prison Sainte-Anne est en chantier pour se transformer en logements, avec artisans, boutique et même friche artistique. Les anciennes cours de promenade seront plantées d'arbres. Le mur d'enceinte sera abattu. Le bâtiment de près de 11.000 m² se métamorphose. Des appartements du T1 au T5 sont en vente, une partie est déjà vendue avant même le début de ce chantier. La mairie réunit ce jeudi soir les habitants du quartier pour leur présenter le chantier de deux ans de travaux pour rénover aussi les façades et les rues du quartier autour de l'ex-prison.  

Monument de l'histoire d'Avignon... mais pas monument historique

Même si l'architecte des bâtiments de France suivra le chantier, cette ancienne prison n'est pas à l'inventaire des monuments historiques. D'abord asile d'aliénés, l'hospice des insensés de la maison de santé Royale au 19° siècle a été une prison jusqu'en 2003. Le bâtiment rythmait la vie du quartier avec les familles et les proches qui montaient à la verticale, au rocher des Doms pour crier des messages aux détenus. Ces hurleurs étaient de retour à Arles cet été avec les photos de Mathieu Pernot. Cette prison surpeuplée, aux cellules dégradées, au quotidien humiliant a aussi accueilli sa propre exposition.

En 2014, la collection Lambert avait ouvert l'ex-prison à des artistes contemporains pour la Disparition des Lucioles. Des amateurs d'Urbex, l'exploration urbaine, s'amusaient aussi à investir cette prison... Aujourd'hui, les murs se préparent à tomber. Les 160 cellules vont devenir une soixantaine de logements: les occupants auront leur propre clés pour entrer et sortir.