Des Boutiques à l’essai pour redynamiser les centres-villes

Soutenir, dynamiser le commerce de proximité et l’artisanat. Dans la droite ligne de cet engagement, la Métropole s’est associée au dispositif Ma boutique à l’essai. Cette initiative permet à des porteurs de projet de tester leur idée dans des locaux vacants. Une première boutique pilote a vu le jour à La Ciotat.

AMP Metropole | 19 Décembre 2018 | La rédaction

En février 2018, la Métropole a voté en assemblée plénière son adhésion à la fédération des Boutiques à l’essai. L’objectif, aussi crucial qu’urgent, est double : redynamiser les centres-villes et le commerce de proximité en perte de vitesse sur le territoire ; permettre à ceux qui souhaitent ouvrir un commerce de tester leur concept au sein d’une boutique pilote installée dans des locaux vacants.

Inédite, l’opération baptisée Ma boutique à l’essai est mise en œuvre par les plateformes du réseau associatif Initiative. Une démarche désormais soutenue par la Métropole. Ouvert à tout porteur de projet de proximité, le dispositif accompagne les commerces qui, par leur « effet de locomotive », contribuent au retour des consommateurs en centre-ville.

Lever de rideau

Le 12 juillet dernier, une première Boutique à l’essai a été inaugurée, à La Ciotat (lire témoignage ci-dessous). D’autres  boutiques pilotes ouvriront leur rideau, courant 2019, à Auriol, La Ciotat, Istres, Marignane, Marseille, Peyrolles-en-Provence, Port-Saint-Louis et Vitrolles.

Les candidats sélectionnés bénéficient d’un loyer préférentiel et d’un accompagnement de six mois renouvelable une fois. Afin que l’essai soit transformé.

Témoignage

« Se lancer sans prendre de risque »

Jérémy Nantier n’a pas pris de vacances cet été. Et pour cause. Le 12 juillet, il a inauguré, à La Ciotat, son épicerie fine bio, la première Boutique à l’essai de la métropole.

À 28 ans, ce Ciotaden d’adoption, qui habite la commune littorale depuis cinq ans, est un homme très affairé. Il n’arrête pas. Du matin au soir, il vend, conseille, livre, toujours avec le même enthousiasme. Le magasin du 60 rue des Poilus connaît un excellent démarrage. Les clients apprécient les fruits, légumes, vins, huiles d’olive, cafés, fruits secs, farine de J&J bio. Très prochainement, il va installer un bar à salades, à jus et à smoothies, et cet hiver, il proposera également un bar à soupes. Jérémy livre aussi les salariés des entreprises implantées dans les zones d’activités alentour : les chantiers navals et Athélia à La Ciotat, les Paluds à Aubagne. Un marché à fort potentiel.

« En intégrant l’opération Ma boutique à l’essai, j’ai pu bénéficier d’un loyer préférentiel, d’un bail de six mois renouvelable, d’un emprunt à taux zéro et d’un local vacant ne nécessitant pas de travaux et situé à un endroit stratégique », explique Jérémy Nantier. Il est convaincu par ce concept qui tend progressivement à se développer sur l’ensemble du territoire : « Cela permet de se lancer, de tester l’idée, de la développer sans prendre un grand risque tout en bénéficiant d’un accompagnement. » Cet accompagnement, piloté par les experts de la plateforme France Initiative, en matière de comptabilité, de démarches administratives, de prévisionnel « est une épaule sur laquelle vous pouvez vous appuyer ». Jérémy envisage de créer deux emplois dans quelques mois.

Conscient d’être un acteur de l’attractivité du territoire, cet ancien manager dans le transport ne regrette pas d’avoir écouté le conseil du père d’un ami qui travaille à Rungis. «Il m’avait recommandé de créer un projet en lien avec les nouvelles tendances d’achats de proximité et de bio. » Il a eu raison.