L'immobilier d'un monde qui change: Habiter dans un bureau ? Des locaux vacants sécurisés et rendus utiles

Depuis quelques années, les entreprises disposant de locaux vacants peuvent les mettre à disposition de résidents temporaires. Une solution pratique dans un pays où le coût des locations explose alors que la surface de bureaux vacants est de son côté en croissance (estimée à 5 millions de mètres carrés).

L'immobilier d'un monde qui change: Habiter dans un bureau ? Des locaux vacants sécurisés et rendus utiles

Depuis quelques années, les entreprises disposant de locaux vacants peuvent les mettre à disposition de résidents temporaires. Une solution pratique dans un pays où le coût des locations explose alors que la surface de bureaux vacants est de son côté en croissance (estimée à 5 millions de mètres carrés). Si les résidents temporaires occupant de manière temporaire ces locaux vacants y trouvent de nombreux avantages, les bureaux vides en attente de nouveaux acquéreurs ont, de leur côté, tout à gagner à être occupés.

Les explications d’Olivier Berbudeau, en charge du développement de la société Camelot Property Protection, société spécialisée dans la gestion de locaux vacants.

Camelot est aujourd’hui le spécialiste européen de la gestion de locaux vacants et actuellement le seul en France sur le marché. Comment est né le projet ?
Camelot est née aux Pays-Bas en 1993, avec pour but de proposer une solution de sécurisation pour les propriétaires de locaux temporairement vacants. Le projet s’est développé dans un pays alors fortement marqué par des problématiques de squats et de vandalismes. En Hollande la formule de protection par occupation ou anti-squat existe ainsi depuis le début des années 80. Camelot a comme particularité d’avoir professionnalisé le secteur. D’une part en proposant aux pouvoirs publics un contexte juridique fiable visant à permettre aux acteurs publics de pouvoir confier la gestion de leur bâtiments et en s’imposant comme seule entreprise du secteur d’envergure européenne. La gestion de locaux vacants est ainsi très répandue aux Pays-Bas où la société compte une quarantaine de concurrents et contribue à héberger temporairement plus de 50 000 personnes !

Quand le projet est-il arrivé en France ?
Assez rapidement, Camelot a installé son activité dans d’autres pays, en Angleterre tout d’abord puis en Irlande, en Allemagne et enfin en France en 2011. Dès 2007, une structure en amont avait été créée visant à sensibiliser les pouvoirs publics français sur la nécessité de créer un contexte juridique pour développer l’activité. Suite à la loi Molle, initiée par la ministre du Logement d’alors Christine Boutin, la société a pu mettre en place son activité de préservation et de protection de locaux vacants par l’occupation de résidents temporaires.

Quel est le principe de la gestion de locaux vacants ?
Le principe est de proposer aux propriétaires de locaux temporairement vacants de tous types de les maintenir protégés par occupation. La simple présence de résidents temporaires réduit les risques de squats, d’intrusions, de vandalismes et de vols de matériaux (métaux, câbles, dégradations volontaires ou naturelles non-identifiées). L’occupation temporaire permet également de préserver l’état des bâtiments qui, laissés vacants, se dégradent rapidement. La présence humaine permet ainsi de répercuter les éventuels dégâts (bris de vitre, dégâts des eaux…) et d’avoir des locaux maintenus chauffés. Cette occupation humaine a aussi un effet plus large sur la valeur générale des locaux et du quartier : cela évite que les alentours immédiats ne se dégradent et ne deviennent des points de délinquance. Enfin, un dernier argument joue en la faveur de l’occupation de locaux vacants : du point de vue des assurances, il est moins risqué de maintenir un bureau occupé que vide.

Lire l'article complet