Logement étudiant. Quatre bons plans pour se loger sans se ruiner

Se loger avec un budget serré et à proximité de son travail peut très vite devenir mission impossible dans certaines villes. Voici quatre solutions originales, dont Camelot Europe !

Ouest France | 14 Août 2018 | S. Houllier

La rentrée approche peu à peu et vous êtes peut-être encore en quête d’un logement étudiant. Logements vacants, habitat partagé ou encore location solidaire… En dehors de la traditionnelle résidence du Crous, colocation ou logement privé, il existe des solutions plus originales et très abordables. 

Participer à la vie d’un quartier populaire

Le dispositif Kaps pour « Kolocation à projet solidaire » s’est inspiré de son voisin belge « Kots à projets ». Arrivé en 2010 dans l’Hexagone grâce à l'association étudiante Afev, son principe est simple. En contrepartie d’un accès au logement à loyer modéré, l’étudiant doit s’investir quelques heures par semaine dans un projet contribuant à l’animation et à la création de lien social dans son quartier.

Objectif, réunir étudiants et habitants des quartiers populaires. À chaque appartement en colocation correspond un projet social : lutte contre l’isolement, animation d’un journal, accompagnement scolaire des élèves en difficulté…

Les appartements en colocation possèdent trois à six chambres et sont situés au cœur des quartiers populaires. Dans quelques villes, certains logements sont même meublés et équipés. Chaque colocataire paye en moyenne un loyer variant de 150 € à 200 € par mois (charges comprises). Les baux sont d’une durée d’un an, sans reconduction obligatoire. Ils sont contractés avec le Crous ou un bailleur social.

En France, une trentaine de villes proposent la colocation solidaire. Dans l’Ouest, Rouen, Caen, Rennes, Nantes, Brest, St-Nazaire ou Angers bénéficient du dispositif Kaps dans plusieurs quartiers. Au total, les kapseurs représentent 700 jeunes dans l’Hexagone.

Loger chez une personne âgée

Un logement gratuit (ou contre une faible somme) pour l’étudiant, une compagnie ou une aide pour un retraité. C’est le concept de la colocation intergénérationnelle. Contre une chambre meublée chez la personne âgée, l'étudiant donne quelques heures de son temps pour faire les courses, le ménage ou encore aider la personne dans ses tâches quotidiennes.

Dans le même esprit, le dispositif « Voisins solidaires » permet à l’étudiant de payer uniquement les charges de son logement. En échange, il doit rendre service aux personnes âgées de son immeuble.

Dans l’Ouest, de nombreuses associations mettent en contact étudiant et personnes âgées. Les cotisations varient, selon l’organisme.

Échanger votre chambre familiale

« Ta famille prend soin de moi, la mienne prend soin de toi ». Et cela, entièrement gratuitement. Cette idée originale a été imaginée par trois pères de famille, originaires du sud-ouest de la France. En septembre 2015, ils partent d’un simple constat. Au moment des études, chaque jeune libère sa propre chambre dans le foyer familial. Pourquoi ne pas la rentabiliser et la prêter à un autre étudiant, en formation dans la ville de l’autre ? Cet échange permet de réduire à néant tous les frais engendrés par une location classique.

Pour mettre en relation les familles intéressées, ils ont créé le site Swap and study. La démarche est simple, il suffit de renseigner son profil avec des informations personnelles : période d’échange, lieu, caractéristiques du logement, moyen de transport, présence d’animaux… et d’y indiquer la ville où l’étudiant souhaite trouver un hébergement. Le moteur de recherche de la plateforme proposera des profils adaptés au vôtre. Vous pourrez communiquer via une messagerie en ligne.

Occuper un bien immobilier vacant

Envie d’un logement atypique ? Pourquoi ne pas tester la location de biens immobiliers vacants ? Camelot Europe, une entreprise néerlandaise, s’est spécialisée dans ce mode de logement alternatif. Bureaux, ancienne école ou même concessionnaire sont proposés à des résidents temporaires pour de courtes durées. Idéal pour les étudiants de passage, en stage ou en alternance.

Chaque résident bénéficie d’une chambre privée (souvent non meublée), ainsi que d’une salle de douche, d’une cuisine et d’un espace salle à manger à partager avec le reste des résidents. À noter, les logements sont souvent dotés d’un parking. Le plus de ces locations, ce sont ses prix très avantageux. Il faut compter 221 € par mois, charges comprises, pour une chambre de 20 m2 à 60 m2 au nord de Rennes ou encore 238 € par mois, charges comprises, pour une chambre de 13 m2 au sud de Paris. Attention cependant, la plupart des logements se situent en proche périphérie.

Pour pouvoir louer, il faut être majeur, présenter une garantie de revenus réguliers (ou des garants), ainsi qu’une attestation de relogement, dans laquelle une personne de l’entourage s’engage à accueillir le résident quand il devra quitter le logement. C’est l’inconvénient de ce type de logement. Le gestionnaire n’est tenu que d’un préavis d’un mois pour donner congé au résident.