Mensuel Capital: Avec lui, les bureaux vacants peuvent encore servir à loger des familles

Cinq millions de mètres carrés de bureaux sont vacants dans le pays? La société Camelot Property se propose d'y loger temporairement des volontairs.

Air du Temps: "Cherche grand espace à partager"

Depuis l’an dernier, il est possible d’emménager dans des locaux vacants (bureaux inutilisés, ancienne école, caserne désaffectée…) pour une durée déterminée, soit trois mois. Attention, rien à voir avec un squat ! Tout est légal ! Au-delà de trois mois, il faut simplement être capable de déménager en un mois si le propriétaire souhaite récupérer son bien. En contrepartie de cette occupation temporaire, le résident paie une redevance quasi symbolique eu égard au prix du marché : 200 euros par mois, eau, électricité et chauffage compris, pour des superficies de 10 à 80 mètres carrés en moyenne, avec une cuisine commune et des douches à partager.

LES PAYS DU NORD ADORENT !
Très en vogue dans le nord de l’Europe, notamment aux Pays-Bas, la résidence temporaire commence à trouver ses marques en France. « Nous sommes passés d’un seul bâtiment près de Paris il y a un an à une dizaine aujourd’hui, situés un peu partout sur le territoire. Et ce n’est pas fini : courant 2013, nous devrions doubler ce chiffre », assure Olivier Berbudeau, directeur du développement de Camelot Property France, la société leader sur ce marché. Pour connaître les locaux qui attendent leurs prochains occupants, il suffit de consulter régulièrement le site de Camelot et de tenter sa chance en s’inscrivant en ligne.

Lire l'article complet